A Toronto serait territoire de l’assurance-emploi en Syrie

Mardi 24 mar 2015

A Toronto serait territoire de l'assurance-emploi en Syrie

Un soudanaise -Canadian de Toronto pourrait faire partie étudiants en médecine «groupe ‘ s qui ont récemment conclu une zone contrôlée de l’ État islamique Groupe syrienne (AE ), a rapporté  » The Observer « .

TORONTO – Un Canado-Soudanais originaire de Toronto pourrait faire partie d’un groupe d’étudiants en médecine qui ont récemment pénétré dans une zone syrienne contrôlée par le groupe État islamique (EI), a rapporté The Observer.

L’homme dans la trentaine, que la publication anglaise a identifié comme Ismail Hamdoun, aurait joint le groupe de 11 étudiants et gradués en médecine. Ces derniers auraient traversé en Syrie à la mi-mars, possiblement à partir de la Turquie.

Dans une entrevue à l’Observer, un député turc de l’opposition a indiqué qu’un des membres du groupe était originaire de Toronto et qu’il s’était rendu ensuite à Istanbul. Le politicien tente d’aider les parents des étudiants à retrouver leurs enfants.

Sept Britanniques, un Américain et deux Soudanais feraient aussi partie du groupe. Certains de leurs parents croyaient au départ qu’ils apportaient une aide médicale aux combattants de l’EI. Leur hypothèse est maintenant qu’ils auraient effectué le voyage pour y faire du bénévolat dans des hôpitaux, sans lien avec le groupe terroriste.

Selon le portrait dressé par le journal britannique, M. Hamdoun aurait grandi à Toronto et aurait étudié à l’Université de Toronto dans une discipline inconnue. Il aurait gradué en 2008 et se serait ensuite rendu à Khartoum pour y étudier la médecine. C’est là qu’il aurait rencontré les autres membres du groupe, âgés dans la vingtaine.

Les ministères des Affaires étrangères et de la Sécurité publique du Canada n’ont voulu commenter lundi à propos de la présence du Canado-Soudanais en Syrie.

Les Canadiens présents en Irak et en Syrie sont invités à quitter ces zones, ont souligné les autorités canadiennes, en raison des conflits qui s’y déroulent.

Jeremy Laurin, porte-parole pour le ministre fédéral de la Sécurité publique Steven Blaney, a souligné que le Canada a rendu criminel le fait d’aller dans un autre pays pour participer à des actes terroristes.

«Nous allons révoquer la citoyenneté canadienne des personnes reconnues coupables de terrorisme et qui ont une double citoyenneté», a-t-il mentionné.