France, des écoutes de Sarkozy validées par la justice

Jeudi 07 mai 2015

France, des écoutes de Sarkozy validées par la justice

PARIS – La cour d’appel de Paris a validé des écoutes téléphoniques compromettantes pour l’ancien président Nicolas Sarkozy qui lui ont valu une mise en examen pour corruption, a annoncé jeudi un de ses avocats, dans le cadre d’une affaire qui pourrait entraver ses ambitions présidentielles en 2017.

«Contrairement à ce que nous pouvions légitimement espérer, la cour n’a pas fait droit à l’essentiel de nos moyens de nullité, à une seule exception», a déclaré l’avocat Paul-Albert Iweins, qui a annoncé un pourvoi en cassation contre cette décision. La défense réclamait l’annulation d’écoutes entre l’ancien président et un de ses avocats.

L’enquête dans laquelle M. Sarkozy est mis en examen, et qui était gelée depuis l’automne, va donc reprendre.

L’ancien président français est soupçonné d’avoir, avec son avocat Me Thierry Herzog , tenté d’obtenir indûment auprès d’un haut magistrat de la Cour de cassation des informations couvertes par le secret dans l’instruction de l’affaire d’abus de faiblesse au détriment de la milliardaire Liliane Bettencourt.

M. Sarkozy avait été un temps mis en cause dans cette affaire avant de bénéficier d’un non-lieu.

En échange de ces renseignements souhaités, Nicolas Sarkozy aurait promis d’intervenir pour que Gilbert Azibert obtienne un poste de prestige à Monaco. Au final, l’ex-président n’a pas obtenu gain de cause, ni Gilbert Azibert le poste convoité.

Les écoutes de l’ancien président – décidées dans le cadre d’un autre dossier – avaient entraîné sa mise en examen pour «corruption active», «trafic d’influence actif» et «recel de violation du secret professionnel». Il reste donc sous la menace d’un procès en correctionnelle.

Me Herzog et le haut magistrat sont également mis en examen.