Galchenyuk a encore la confiance de Therrien

Dimanche 03 mai 2015

Galchenyuk a encore la confiance de Therrien

Jean-François Chaumont
02-05-2015 | 14h35

Dernière mise à jour: 02-05-2015 | 17h32

BROSSARD – Il n’y aura pas de solution drastique pour relancer Alex Galchenyuk. Michel Therrien a rapidement écarté la possibilité de lui faire prendre un pas de recul en regardant le prochain match de la passerelle de presse face au Lightning de Tampa Bay, dimanche.

Questionné directement sur cette hypothèse par le collègue Pierre LeBrun d’ESPN, Therrien a répondu avec une belle franchise.

«C’est une bonne question, ce n’est pas une mauvaise remarque, a répliqué l’entraîneur-chef du Canadien de Montréal, samedi. Alex n’a que 21 ans et on va continuer de travailler avec lui. C’est un petit gars avec beaucoup de potentiel, il veut s’en sortir et il souhaite bien jouer pour l’équipe. Ça ne fait pas partie de mes priorités de le sortir de la formation.»

Au premier match contre le Lightning, Galchenyuk a reçu un message assez clair de son instructeur. Il a terminé la rencontre à l’aile gauche au sein du quatrième trio aux côtés de Torrey Mitchell et Devante Smith-Pelly. Malgré les prolongations, il a été limité à un temps de jeu de 16 min 28 s. Seuls Mitchell, Smith-Pelly et Jacob de la Rose ont vu moins d’action. Avec ses trois punitions, le numéro 27 n’a toutefois pas aidé sa cause.

À sa sortie d’un entraînement optionnel au lendemain de ce revers de 2-1 en deuxième période de prolongation, Galchenyuk ne s’est pas défilé. Il a répondu calmement à toutes les questions à son sujet.

«Peut-être qu’il essayait quelque chose de nouveau, a-t-il dit par rapport à sa chute au sein du quatrième trio. De mon côté, je dois rester concentré, jouer à ma façon et faire de mon mieux.»

Un parallèle avec Drouin

Dans l’espoir de calmer le jeu avec les performances décevantes de Galchenyuk depuis le début des séries, Therrien a regardé du côté de ses rivaux.

«On voudrait tous qu’il atteigne son niveau optimal le plus rapidement possible, a rappelé l’entraîneur-chef. Il vient juste d’avoir 21 ans, c’est seulement un an de plus que Jonathan Drouin qui ne joue pas en ce moment. Alex va faire des erreurs, mais ça fait partie du jeu. Depuis trois ans, plusieurs de nos jeunes ont réussi à s’améliorer. On peut penser aux Subban, Pacioretty et Gallagher. Il ne faut pas oublier qu’Alex est encore très jeune.»

Encore une fois, le CH prône la carte de la patience avec celui qu’on décrit depuis le jour de son repêchage comme le futur attaquant de renom de l’équipe. S’il a montré quelques étincelles de son immense potentiel, Galchenyuk a aussi traversé plusieurs séquences arides. La constance reste encore son pire ennemi.

Depuis le début des séries, l’Américain a amassé seulement deux points (1 but, 1 aide). À deux jours de l’ouverture du deuxième tour, Marc Bergevin avait fait un bilan très réaliste des performances de son jeune attaquant.

«C’est plus difficile en séries d’obtenir des buts et des passes, mais si tu fais toutes les autres choses correctement, tu vas obtenir des résultats, avait souligné le directeur général du Tricolore. Dans le moment, il se cherche, mais on a besoin de lui pour avancer. Je suis sûr qu’il va élever son jeu au deuxième tour.»

Après un duel contre le Lightning, Galchenyuk n’a toujours pas répondu à l’appel de son directeur général. Mais, il a encore le temps de rebondir.

«Je n’avais pas entendu les commentaires de Marc, mais quelqu’un m’en a parlé par après, a admis le troisième choix au total de 2013. Je sais que je peux aider l’équipe. C’est un sport d’équipe, on lutte tous. C’est une série très serrée. On doit amener notre jeu à l’autre niveau. Quand tu n’obtiens pas de bonds favorables pendant quelques matchs, tu dois continuer à travailler et éventuellement, ça va te sourire. C’est ce que je fais en ce moment.»

Aussi sur Canoe.ca