Le deuil n’est pas encore fait-Maxim Tissot

Mardi 05 mai 2015

Le deuil n'est pas encore fait-Maxim Tissot

La défaite contre América en finale de la Ligue des champions, mercredi dernier, a un peu eu l’effet d’une peine d’amour chez les joueurs de l’Impact de Montréal.

«Pendant une ou deux journées, j’étais triste et je le suis encore un peu, mais il faut passer à travers», a convenu Maxim Tissot.

«Le deuil n’est pas encore fait, je l’ai encore un peu sur le c’ur, a reconnu le jeune produit de l’Académie. On est fiers de notre parcours, mais déçus de la défaite.»

Depuis ce fameux revers, les joueurs ont eu droit à quelques jours de congé histoire de se changer les idées.

Autre chose

Malgré tout, on semble déterminés à tourner rapidement la page.

«La pilule a été difficile à avaler, mais nous sommes fiers de ce que nous avons accompli et nous allons de l’avant», a mentionné Calum Mallace.

«C’est vrai qu’on a pris un coup au moral, mais maintenant on tourne la page et on passe à autre chose», a ajouté Bakary Soumare.

Et justement, l’idée de réduire la charge de travail a eu ses effets.

«Les dernières journées de repos ont fait des petits miracles pour la fatigue mentale de tout le monde», a assuré Dilly Duka.

Recommencer

Avant de disputer seulement un cinquième match dans la MLS, samedi, l’Impact reprend le collier demain avec le début de la demi-finale du Championnat canadien, contre Toronto.

«C’est étrange, on vient tout juste de terminer la finale de la Ligue des champions et maintenant nous affrontons Toronto en Championnat canadien», a noté Mallace.

C’est peut-être ce dont l’équipe a besoin pour tourner définitivement la page, croit Tissot.

«Je pense qu’après le match de mercredi ça va être passé, d’autant plus que c’est là où notre parcours a commencé il y a un an.»

Les séries

On sent que le moment pour amorcer la défense du titre canadien n’est peut-être pas aussi opportun aux yeux de Frank Klopas.

L’entraîneur-chef a surtout insisté sur la saison de la MLS, qui doit reprendre son cours.«Notre principale préoccupation est de faire les séries éliminatoires. C’est l’objectif que nous nous sommes fixé.

«Mais chaque fois que nous jouons, nous voulons gagner, alors nous allons aborder ce match de la même façon», a-t-il rappelé.

L’Impact n’a obtenu que deux points en quatre sorties et il a beaucoup de rattrapage à faire.

Ses rivaux de l’Association Est ont disputé entre trois et six matchs de plus depuis le début de la saison régulière.

Aussi sur Canoe.ca