L’histoire contre le CH

Mercredi 06 mai 2015

L'histoire contre le CH

TAMPA – Richard Zednik avait marqué deux buts. Saku Koivu et Alex Kovalev avaient obtenu deux aides. José Théodore avait réalisé un jeu blanc de 32 arrêts. Claude Julien était derrière le banc. Yanic Perreault était le spécialiste des mises en jeu et Andreï Markov n’avait que 25 ans.

C’était le portait du Tricolore après un gain de 2-0 contre les Bruins de Boston le 19 avril 2004. À cette époque, le CH avait surmonté un retard de 0-2 au premier tour des séries pour finalement renverser les Bruins en sept matchs.

Depuis ce petit miracle de 2004, le Canadien a perdu quatre autres fois les deux premiers matchs d’une série. Les quatre fois, le CH a subi l’élimination : au deuxième tour en 2004 contre le Lightning, au premier tour en 2009 contre les Bruins, en finale de l’Est en 2010 face aux Flyers et en finale de l’Est en 2014 face aux Rangers.

Pour les amoureux d’histoire ou de statistiques, sachez que le Canadien a remporté seulement cinq des 26 séries après avoir perdu les deux premières rencontres.

La douleur d’une défaite

Selon le bon vieux cliché, une équipe apprend toujours d’une défaite. En partant de ce principe, le CH a retenu des leçons de sa sortie en six rencontres contre les Rangers du printemps dernier.

À l’image de la présente série face au Lightning, le Canadien avait trébuché à ses deux premières rencontres à Montréal. Mais, contrairement à l’an dernier, Carey Price n’est pas blessé et les espoirs de l’équipe ne reposent pas sur un gardien inexpérimenté comme Dustin Tokarski l’était.

Max Pacioretty et Dale Weise n’ont pas oublié la série contre les «Blue Shirts».

«J’espère que nous avons appris de cette expérience, a affirmé Pacioretty. Nous avions gagné le troisième match au Madison Square Garden pour finalement revenir dans le coup, mais nous n’avions pas réalisé la grande remontée. Je veux qu’on garde en tête le douloureux souvenir de notre défaite après le sixième match.»

«Il y a beaucoup de joueurs dans cette chambre qui ont vécu la finale de l’Est de l’an dernier, a renchéri Weise. Nous n’avions jamais abandonné après les deux premières défaites à Montréal. Même si nous perdons 2-0 contre le Lightning, nous restons confiants. Et nous avons raison de l’être avec un gardien comme Price devant le filet.»

Michel Therrien, pour sa part, ne souhaite pas trop regarder dans le passé.

«Toutes les années en séries sont différentes, a rappelé l’entraîneur en chef. Quand une équipe a plus de 100 ans d’histoire, il y a toujours moyen de trouver des inspirations. Mais, pour moi, la réalité reste le moment présent.»

Price reste calme

Après un entraînement de près de 60 minutes au Amalie Arena de Tampa, Carey Price était dans un très bon état d’esprit. Il ne ressemblait en rien à un joueur au bord de la panique.

«Il n’y a pas de doute que le prochain match est crucial, a-t-il lancé. Si nous pouvons gagner, nous nous donnons une chance réelle de revenir dans cette série. Il s’agira du match le plus important de notre saison.»

Desharnais à Tampa

Cloué à Montréal en raison d’un virus la veille, David Desharnais a retrouvé ses coéquipiers à Tampa, mardi. Le petit centre n’a toutefois pas été en mesure de participer à l’entraînement puisqu’il a atterri en milieu d’après-midi.

Questionné sur la présence ou non de Desharnais pour la troisième rencontre, Therrien a offert sa réponse classique.

«Vous allez voir ça avant le match», a-t-il dit.

Aussi sur Canoe.ca