Restitution d’un tableau du 17e siècle volé par les nazis

Mercredi 06 mai 2015

Restitution d'un tableau du 17e siècle volé par les nazis


Un tableau du 17e siècle, volé par les nazis à Paris à un historien de l’art allemand mort à Auschwitz, a été restitué mardi à New York à sa fille, ont annoncé les autorités françaises et américaines.



La toile, Portrait d’un homme, avait été volée à August Liebmann Mayer, historien de l’art et conservateur de musée, après son installation à Paris en 1935. Il avait auparavant fui Munich, où il avait été arrêté et torturé et où sa propriété avait été saisie.



Mais durant l’Occupation à Paris, son domicile a de nouveau été pillé, ses oeuvres d’art en partie confisquées par Hermann Goering, commandant en chef de la Luftwaffe et pillard notoire.



August Liebmann Mayer avait été arrêté, envoyé à Drancy, puis à Auschwitz où il était mort le 12 mars 1944.



En 1945, des oeuvres lui ayant appartenu avaient refait surface en Allemagne.



Certaines avaient été rapatriées en France. Portrait d’un homme, attribuée à l’école du peintre maniériste italien Giovanni Battista Moroni, avait été ajoutée à la collection des oeuvres spoliées, confiées aux musées de France via les MNR (Musées nationaux Récupération).



La toile avait été exposée au Louvre.



Grâce aux efforts de la Commission française pour l’indemnisation des victimes de spoliations (CIVS), qui a notamment payé pour le retour du tableau, elle a été restituée mardi à sa fille et seule héritière, qui vit aux États-Unis, lors d’une cérémonie au musée juif de Manhattan.



L’opération s’est faite en coopération avec ses avocats américain et allemand, et le bureau spécialisé Holocaust Claims Processing Office (HCPO), au sein du département des Services financiers de l’État de New York.



La CIVS, dont une représentante était présente mardi à New York pour la restitution de la toile, a également versé à la fille de M. Liebmann Mayer 224 000 dollars de compensation pour le pillage à Paris des meubles de la famille, de leur bibliothèque et d’autres biens non récupérés, a précisé le consulat de France à New York.