Une amende pour Brandon Prust

Mercredi 06 mai 2015

Une amende pour Brandon Prust

TAMPA, Floride – Il y a la série entre le Canadien de Montréal et le Lightning de Tampa Bay, mais il y a aussi la petite sage entre l’attaquant Brandon Prust et l’arbitre Brad Watson. À sa sortie d’un entraînement à l’Amalie Arena, Prust a fort possiblement signé le dernier chapitre de cette histoire.

«Premièrement, j’aimerais offrir mes excuses à Brad Watson et aux autres arbitres de la Ligue nationale (LNH)», a affirmé Prust devant un groupe de journalistes tellement imposant que Max Pacioretty et Dale Weise n’avaient plus de place pour ranger leurs équipements.

Dans le vestiaire du Tricolore après la défaite de 6-2 face au Lightning, dimanche, Prust a raconté dans les moindres détails les insultes qu’il a reçues de la part de Watson avant d’écoper d’une punition de quatre minutes en première période.

Deux jours plus tard et après une bonne conversation avec l’entraîneur Michel Therrien, l’Ontarien a reconnu qu’il a transgressé l’une des nombreuses règles non écrites de son sport.

«Je n’avais pas à réagir de la sorte après la rencontre, a dit le robuste ailier de 31 ans. Nous avons eu une discussion endiablée, mais ça devait rester entre nous. J’ai toujours respecté le code sur la glace et à l’extérieur, mais dimanche, j’ai dépassé la ligne.»

«C’était difficile, j’étais très émotif après le match, a-t-il poursuivi. Je sortais tout juste d’une bagarre (contre Braydon Coburn), nous venions de perdre 6-2 et cinq minutes plus tard, je devais répondre à vos questions. Je n’étais pas moi-même. Mes émotions ont pris le dessus et mon c’ur battait rapidement. Bref, j’étais trop agité. Je n’aurais pas dû rencontrer les journalistes.»

Malgré ses excuses, Prust a tout de même hérité d’une amende de 5000 $ de la part de la Ligue nationale, mardi.

«Les commentaires de Brandon Prust étaient sans fondement et irrespectueux pour un arbitre dont la carrière de 20 ans a été marquée par le professionnalisme, l’intégrité et un respect énorme pour les joueurs, les entraîneurs et les dirigeants», a expliqué dans un communiqué Colin Campbell, vice-président des opérations hockey du circuit.

Des regrets et de l’émotion

Sans pratiquement reprendre son souffle, Prust a continué son mea-culpa.

«Je trouve ça difficile. Je suis un joueur émotif, je l’ai toujours été. J’ai atteint la LNH en grande partie pour cette raison. Mais, avec cette histoire, j’ai placé l’équipe dans l’embarras et je le regrette. Si je pouvais reculer dans le temps et effacer tout ça, je le ferais.»Prust et le Canadien ne craignent pas trop de subir les foudres des autres arbitres d’ici les prochaines parties.

«J’espère qu’il n’y aura pas de conséquences, mais je peux juste me croiser les doigts en offrant cette réponse», a répliqué le numéro 8.

«Les arbitres doivent rester professionnels, a renchéri Therrien. C’est de cette manière que je vois ça.»

Le soutien de l’équipe

À la veille du troisième match face au Lightning, Therrien a réitéré toute sa confiance en Prust, mardi.

«Brandon est une bonne personne, a-t-il affirmé. C’est un gars qui veut gagner. La défaite lui fait mal. Il a agi sous le coup des émotions. Il s’est excusé aujourd’hui et c’était le bon choix.»

Quant à Pacioretty, il a parlé de l’importance de Prust.«Il est un de nos meilleurs joueurs depuis le début des séries, a dit l’Américain. Il joue avec une tonne d’émotions. Il a le soutien de tous les joueurs, des entraîneurs et de la direction dans cette histoire. Nous avons qu’il a énormément de caractère et qu’il rebondira. Il est un joueur qui joue avec son c’ur.»

En huit matchs depuis le début des séries, Prust a obtenu trois aides.

Par ailleurs, les dirigeants de la LNH ont enquêté sur cet incident. Prust s’attendait à discuter avec le vice-président exécutif, Colin Campbell, avant le troisième match.

Aussi sur Canoe.ca